Manager : Quelle perception en entreprise ?

"Etre calife à la place du Calife", ce rêve que chacun a au moins caressé une fois en secret ! Enviable, la position de chef ? Pas si sûr. Parce diriger une équipe est loin d'être simple, parce cela repose sur beaucoup de prédispositions et une volonté affirmée, jamais entamée.

Aujourd'hui, d'ailleurs, on ne parle plus de chef mais de "manager ", de "cadre dirigeant " ou encore "de leader" parce qu'il ne s'agit plus de se contenter d'être celui qui fera appliquer les règles, mais d'être le chef d'une véritable équipe, de la faire adhérer à un projet commun, d'oeuvrer en ce sens, de gérer l'Humain et de parvenir à fédérer les individualités dans des actions et des constructions communes et pérennes.

La figure du Manager

Finalement, "être chef" ou Manager est une position d'injustice. En effet, Le manager quoiqu'’il fasse et soit, est mal perçu par les salariés, tout simplement, parce qu'il est l'image de l'Autorité, généralement paternelle d'ailleurs.
'
Pour aller à l'essentiel, et en caricaturant à l'extrême, on vous l'accorde, nous dirons qu'il existe deux images de "Chef" :
Le « chef paternaliste », qui va avoir tendance à infantiliser les individus, qui vont donc s'opposer à lui.
Le « chef maternaliste », qui va avoir tendance à materner, couver, protéger et auquel on s'opposera de la même manière mais pour d'autres raisons inconscientes.

Devenir Manager

Chacun s'imagine qu'être le manager, c'est simplement avoir davantage de responsabilités, donc plus de poids dans l'entreprise et plus de reconnaissances.

Certes, devenir le Manager, c'est gagner un nombre important d'avantages mais c'est aussi gagner en stress supplémentaire dans la mesure où :
- l'on s'expose au quotidien, en permanence, au regard et au jugement pas forcément bienveillants des autres !
- l'on doit faire des choix et prendre des décisions plus importantes que celles auxquelles font face les autres !
- l'on est quelque peu isolé dans son pouvoir !
- l'on travaille souvent beaucoup plus !
- l'on est bien forcé, pour mener le navire, de conserver en soi une forte motivation, une grande souplesse et une ouverture d'esprit certaine.

Le rôle du Manager

Il n'est pas simple de tracer avec netteté les contours du rôle de manager.
Il s'agit, certes, non seulement d'accroître la productivité et les profits de son entité, mais aussi de contribuer à l'épanouissement des membres de son équipe, de jouer l'esprit d'équipe, de la construire et la gérer au fil des jours et des évolutions de chacun.
Le « bon » manager est, aujourd'hui, celui que l'on nomme le "manager minute", celui qui obtient de bons résultats en peu de temps. L'équivalent, ici, serait le fameux « capitaine d'équipe ».

Deux cas de figure :
Soit le manager est issu de l'équipe qu'il dirige et tout l'enjeu est qu'il parvienne à se positionner entre la prise d'autorité et les anciens collègues, qui vont continuer à faire comme avant, c'est-à-dire jouer la carte du copinage ... Ou, tout à fait à l'opposé, vont mettre brutalement une grande de distance.
Soit le manager arrive de l'extérieur, dans une équipe qu'il ne connaît pas et c'est la reconnaissance et l'approbation qui entrent en ligne de compte : sa légitimité va être testée très rapidement, dans les plus brefs délais, par l'équipe.

Pour résumer, être un Manager crédible et reconnu en tant que tel c'est finalement agir sur 5 points fondamentaux :
  • Savoir communiquer avec justesse avec ses collaborateurs,
  • Créer un climat de confiance et d'estime réciproques,
  • Responsabiliser ses collaborateurs sans les angoisser par l'importance de la tâche,
  • Donner des impulsions en lançant des projets et en créant, dans le même temps, l'impulsion chez l'autre,
  • Apprendre à connaître chaque collaborateur tout en ne perdant jamais de vue l'esprit d'équipe. 

Philippe Montant
Directeur Général ReKrute