Les Accords Toltèques, ce code de conduite facile ...

Les Quatre Accords toltèques, la voie de la liberté personnelle, le livre de Miguel Ruiz , (Jouvence, "Poches", 2005) est, aujourd'hui, fameux.

Il s'agit, en effet, d'une espèce de mémo psychologique, d'une sorte de code de conduite, à appliquer au sein du monde social et de nos relations, le but étant ouvertement de ne nous permettre d'accéder à une sérénité mentale profonde.

Utopie ? Sans doute... Mais essayons, tout de même ! Et tentons d'appliquer quelques conseils, points forts, à cet univers impitoyable de l'Entreprise ...


1er accord : Ce que je dis

Ce premier accord est, à n'en pas douter, celui qui requiert le plus de force de la part de l'apprenti : il requiert de parler avec intégrité, sincérité, simplicité, honnêteté. De dire que ce que nous pensons, sans détour ni complications, sans non-dits, pour se mettre à l'abri des rejets, divers et variés.

La parole ne doit pas être utilisée contre soi-même, ni pour médire d'autrui. Elle doit être considérée comme un outil d'éclaircissement, d'éclairage sur les autres, de lumière, antithèse de l'obscurité, et de la complexité des émotions et relations humaines.

Il est bon de reconnaître que, bien trop souvent, nous formulons, émettons des jugements, et ce petit juge en nous, agressif, culpabilisateur, plaque des données, biaisées, sur nous et sur les autres. Inutile ensuite de s'étonner de voir naître quantité de conflits, de grincements et de méfiance …

Ainsi, dans la vie, comme en entreprise, souvenons-nous de bien « tourner la langue sept fois dans notre bouche avant que de parler ».
En effet, quand on prend le temps de la réflexion et de l'indulgence du non-jugement, notre parole prend du poids et a, alors, toutes les chances d'être juste ou de s'approcher d'une certaine justice.


2ème accord : Ce que j'observe

En respectant le premier accord toltèque, nous aurons déjà fait la moitié du chemin. Mais poursuivons !

Avec le second, il s'agit de cesser de tout rapporter à soi, de tout comprendre et prendre tout pour soi !

Commençons donc par nous prendre moins au sérieux et arrêtons de penser que tout ce qui arrive nous concerne directement ou indirectement, ouvertement ou implicitement.

Pensons à nous souvenir que ce que les autres disent et font n'est qu'une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs angoisses, de leur tempérament et vécu. Et ne le rattachons pas à nous, à ce que nous sommes ou avons, ou tentons d'être.

Alors conscients de cette réalité, nous évitons d'inutiles souffrances et entamons un processus de lâcher-prise qui nous permet d'entendre l'autre pour de bon, de le comprendre davantage, par là-même, de développer des relations plus saines et sereines.


3ème accord : Ce que je pense

Nous sommes aussi passés maître dans l'art des suppositions qui, avec le temps, finissent par devenir des croyances bien ancrées, la plus commune étant de croire que les autres pensent de la même manière que nous, qu'ils fonctionnent selon nos règles, émotionnelles et actives.
C'est faux ! En cessant ce jeu dangereux des suppositions, de ce que nous pensons être la vérité de l'autre, nous découvrons parfois simplement une hypothèse ou une habitude de penser, erronée.

Il s'agit, ici, d'avoir l'honnêteté intellectuelle de se poser et de poser les vraies questions aux personnes concernées au lieu de supputations et de réponses parfaitement douteuses, puisque imaginées par nous et non issues directement de chez l'interlocuteur.
Parler, oser dire, communiquer clairement avec les autres pour éviter tristesses, malentendus, et drames inutiles, voici la solution que propose Miguel Ruiz.


4ème accord : ce que je fais

Le quatrième accord est le pilier de notre changement puisque c'est celui de l'action. L'action comme valeur suprême, comme déterminant de presque tout. Cet accord est celui qui nous permet de mettre en oeuvre les trois autres, d'en faire des habitudes de chaque instant, de nouveaux schémas comportementaux.

Concentrons-nous sur le présent et le réel et cessons les suppositions et les projections !

Soyons tout entiers absorbés par ce que nous faisons pour être présents au monde et à nous-mêmes, pour faire bien et, quelles que soient les circonstances, agissons au mieux de ce que nous pouvons, avec ce que nous sommes. Sans jugements, sans présupposés.


5ème accord : Ce que je perçois

Ce dernier accord toltèque nous enjoint d'adopter une posture d'écoute profonde et de lancer en nous en véritable questionnement quant à toutes les vérités pensées, issues de notre dialogue interne ou de celui des autres, ce principe alimentant tous les autres.

Utilisons notre capacité au doute et à la remise en question afin de mieux percevoir l'intention qui se cache derrière le mot, le message essentiel que l'autre tente de nous délivrer, au-delà de ses maladresses et pudeurs …


En apprenant à mettre en action ces quatre Accords, nous agissons sur 80 % de nos croyances limitatives et sommes, enfin, aptes à transformer nos mauvaises habitudes relationnelles.

Nous avons tout à y gagner. Notre entreprise aussi !


Philippe Montant
Directeur Général ReKrute