Comment réguler le stress de ses équipes ?

 Le retour des congés, frais et dispos pour démarrer la rentrée, devrait être le moment des prises de conscience et des bonnes résolutions : c'est le moment de repartir sur de nouvelles bases avec ses équipes et de veiller à les placer dans des conditions favorables. Comment ? En régulant son propre stress et par là même celui de ses équipes. Autant le stress peut donner des résultats très rapides, autant il peut se révéler source de conflits et entraîner très rapidement une démotivation et une baisse flagrante de l'efficacité. A long terme, le meilleur calcul pour un manager est donc d'aider son équipe à bien gérer le stress.

En voici quelques principes avec deux mots d'ordre : écoute et finesse. Détecter le stress. Pour gérer le stress, il faut savoir le détecter. Un moyen utile pour cerner la situation au sein de vos équipes est de mettre en place un questionnaire, par exemple, permettant aux salariés d'exprimer les points positifs et négatifs qu'ils ressentent dans leur travail. L'observation est également un détecteur de stress très utile, d'autant que les symptômes sont nombreux : physiques, physiologiques, moraux, psychologiques, relationnels, intellectuels ou professionnels. Mettre en place une organisation « anti-stress » Principal facteur de stress également : l'incertitude.

Un facteur qui peut prendre des proportions alarmantes quand il touche aux tâches ou aux objectifs des salariés. Il faut définir clairement, au sein des équipes, les tâches de chacun sans qu'elles ne se recoupent et sans qu'il y ait de compétition interne. Le manager doit trouver la frontière entre l'émulation et la perversion. Pour cela, rien de tel qu'un organigramme bien ficelé avec la mise en place d'objectifs précis et réalisables. Réguler le stress au quotidien Au quotidien, le manager doit avant tout être attentif au moindre signe de stress chez ses collaborateurs afin de réguler le problème avant qu'il ne prenne de l'importance. Il doit alors être capable de laisser de la liberté et une marge de manœuvre, de confier des responsabilités et de transmettre de l'information.

Cela pour permettre au salarié de mieux prendre en compte les tâches qu'il a à assumer, et donc de se responsabiliser, voire de prendre des initiatives. Une qualité essentielle est donc à entretenir : l'écoute. Gérer le stress individuel et collectif Premier réflexe d'un manager face à un phénomène de stress détecté chez l'un de ses collaborateurs : être disponible et attentif. Si le stress a une origine personnelle et met en danger la santé du salarié, le manager doit l'orienter vers une prise en charge médicale.

En cas de stress collectif
, le manager doit en chercher la cause en provoquant des réunions ou des entretiens individuels, et en essayant de faire la part des choses entre vie privée et professionnelle. L'idéal est ensuite d'agir sur ces causes. Ici, le manager doit se montrer volontariste : si certains problèmes sont identifiés, l'action est nécessaire. Car faute d'agir, le manager risque à son tour d'alimenter ce stress collectif. En conclusion, le management du stress existe bel et bien.

Il s'agit même d'une pratique amenée à se développer en entreprise. Une pratique à double détente qui doit prendre en compte, en même temps, la dimension personnelle et la dimension collective et c'est sur ce dernier point que les managers ont un rôle clef à jouer en devenant des régulateurs de stress pour leurs collaborateurs : leur laisser de la liberté et une marge de manœuvre et tout simplement faire confiance dans la façon qu'ont les autres de marcher. Un pied, puis l'autre...


Philippe Montant
Directeur Général d'ExeKutive.biz